ED 395 - Journées Doctorales du LESC UMR 7186

Publié le 2 juin 2017 Mis à jour le 9 juin 2017

Les 22- ­23 juin 2017 auront lieu à l’Université Paris Nanterre deux journées doctorales intitulées "Anthropologie critique et critique politique".

Date(s)

du 22 juin 2017 au 23 juin 2017

Ces journées seront rythmées par plusieurs interventions et se veulent avant tout être un espace ouvert aux questionnements de tout jeune chercheur, même non “spécialiste” des questions proposées. Nous souhaitons développer de véritables échanges de discussions autour des questionnements méthodologiques, des analyses et des critiques formulées, de manière  constructive,  entre  discutants  et  intervenants.

Résumé  :
“Identité”, “rapport à la nature”, “relativisme des cultures”, “théorie du genre”, “filiation”, “inégalités sociales”... si nombre de débats politiques contemporains manipulent des concepts au cœur des questions anthropologiques, peud’anthropologues y participent sur la scène publique. La question de l’engagement et du rôle du chercheur ne font d’ailleurs pas consensus dans les cercles académiques. Partant de ce constat, ces journées doctorales ont pour but d’engager une réflexion autour des finalités de l’anthropologie, de la praxis du jeune chercheur sur les différents lieux de la production du savoir, et des liens entre connaissance anthropologique et engagement politique. Ces journées se veulent être un espace de discussion et de réflexion sur les potentialités critiques des recherches anthropologiques émergentes. « En se transformant en autocritique d’où tout souci pratique a disparu, la critique n’a plus alors de politique que le nom » : Cette remarque de J. Copans souligne la nécessaire interrogation politique que posent les liens entre réflexivité et pratique dans la discipline. Comment, dès lors, intégrer à la critique réflexive une critique politique positive des mondes sociaux, sans perdre de vue la production de savoirs scientifiques ? Quelles formes peuvent prendre l’engagement du chercheur, sur son terrain comme dans sa propre société ? Dans quelle mesure un dialogue interdisciplinaire permettrait de nourrir ce débat au sein de la discipline anthropologique ? Plus largement, doit-­on postuler que le projet anthropologique est intrinsèquement critique, ou tenter de construire une anthropologie  proposant  une  critique  sociale  originale  ?

Programme (provisoire)  :

Jeudi 22 juin

10h00 Introduction
10h30 : Session I : Du choix épistémologique à la posture méthodologique : l’engagement  critique  du  chercheur.
  • “Sentinelles du présent ou fonctionnaires d’Etat ? Des notes autour du droit à  la  recherche  et  de  ses  tutelles”.  Stefano  Dorigo.
11h00-­11h15: Pause
  • ­ "La politique des faits et les moments politiques du chercheur dans un district  Adivasi  en  Inde  du  Sud".  Jose  Egas
  • ­ “De la police à la pólis : les formes d'engagement du chercheur”. Magali Dufau.
12h15 Discussion

13h00 : Déjeuner

14h00 :  Session II : Table ronde ­ Ethnographes impliqués : la description est­elle  une  prise  de  position  ?
  • « Il ne faut pas exposer ça au public ! ». La dimension politique dans la société  hmong  en  Ile­-de­-France »,  Sandra  Ly.
  •  « Ethnographier  la  vulnérabilité  :  un  levier  politique  ? »,  Bénédicte  Bonzi.
  • ­ “Lorsque l’objet de recherche est objet de suspicions : questions sur la prise de position du chercheur face à un discours institutionnalisé. », Marie Mazzella.
15h15-­15h30  :  Pause
  • « Futurs mouvants : critique anthropologique de la précarité entre chercheurs  d’origine  indienne  en  Europe. »,  Vinicius  Kauê  Ferreira.
16h30  –  Discussion.
Vendredi 23 juin

10h00 – Session III : En prise avec le politique : devenir et réappropriation des
recherches. 
  • “Touaregs  et  savants,  une  légitimité  accordée  par  le  terrain”  ­  Pierre  Peraldi
  • “Pour en finir avec les Tibétains verts. Une ethnologue aux prises avec la politique  et  la  conservation"”  ­  Valérie  Vandenabeele
  • « Du Jaibana au Benkhuum , la singularisation politique et culturelle du chaman de la société amérindienne Wounaan du littoral pacifique colombien » ,  Sandra  Liliana  Herran  Arias
13h00  :  Déjeuner

Comité scientifique :
Julie Cayla, doctorante, LESC
Arnaud Esquerre, CR, LESC
Monica Heintz, MCF Paris Ouest, LESC
Violaine Héritier­Salama, doctorante, LESC
Carolina Kobelinski, CR, LESC
Brett Le Saint, doctorant, LESC

Comité d’organisation :
Julie Cayla, doctorante, LESC
Violaine Héritier­Salama, doctorante, LESC
Brett Le Saint, doctorant, LESC
Sandra Ly, doctorante, LESC

Mis à jour le 09 juin 2017